Un farfelu, connue comme un bonimenteur patenté s’illustre dans les réseaux sociaux par des déclarations sans fondement ni preuves alléguant de de la dissolution du synaprom par le ministre du travail. Le synaprom tient à rassurer ses membres, les artistes et le public que ces déclarations ne visent qu’à les distraire par que fausses et uniquement le fruit de l’imagination malveillante de son auteur dont la fourberie ne trompe plus personne. En effet une fois enregistré, un syndicat ne peut être dissout ou suspendu que par décision judiciaire et nullement par une décision administrative.
Le synaprom sur requête du sycaprom a reçu une correspondance du Ministre du travail lui suggérant de changer sa dénomination qui ferait ombrage aux activités du sycaprom pour risque de confusion. Le synaprom en réponse a exprimé sa volonté à accéder à cette demande à la condition que l’état finance la convocation du ÀG du synaprom seule compétente pour changer cette dénomination qui est une disposition de ses statuts. L’état n’ayant pas souscrit à financer cette AG, le synaprom a continué ses activités sous sa dénomination et a, d’ailleurs par la suite pris part aux travaux de la commission ad hoc et à été invité aux travaux du Comité de suivi au Premier Ministère. Il a régulièrement obtenu, pour ses activités des autorisations administratives requises avec sa même dénomination jusqu’à ce jour. Il a régulièrement adressé des correspondances à diverses administrations y compris la Présidence de la république, le Premier Ministère et le MINAC. Il a été invité par le Ministère du travail en sa qualité de membre de la CSTC à fournir des informations dans la cadre de la mise. jours du fichier national des syndicats en activités au Cameroun.

LEAVE A REPLY